Avant de se plonger dans la région gaspésienne pour oublier le monde qu’on laisse derrière soi, il faut rouler longtemps sur ces pénétrantes lignes droites de bitume jusqu’à ce que la bande jaune centrale nous guide vers les paysages aussi variés comme le sont les gens d’ici.

 

 Sur les hauteurs du Mont Albert

icon (2)En s’arrêtant dans le parc de Gaspésie, on découvre d’autres espaces, notamment lorsqu’on foule les sentiers battus dans ces forêts denses et surprenantes de leurs végétations où d’imprévisibles rencontres fauniques peuvent accompagner ou interrompre un moment notre chemin. Gravir le Mont Albert offre cette belle réjouissance ascensionnelle. Bien que le sommet culmine seulement à 1124 mètres d’altitudes, et après avoir jonglé entre cailloux de toutes tailles, grosses racines entrelacées et la gadoue qui n’éponge plus le trop plein d’eau des ruisseaux montagneux, c’est un grand bol d’air qui devient une récompense !

L’arrivée après 17 km de randonnée soulage les genoux et les mollets bien que la douleur soit déjà apaisée par les indélébiles traces de paysages gravées dans la tête à jamais.

 

Mais là, on ne peut se satisfaire seulement de la nature. Il est important aussi de s’intéresser à la vie des Hommes.  Le Québec a connu des soubresauts au cours de son histoire sociale : Murdochville en est un bien triste exemple…

 

mine-cart

Murdochville, une ville devenue fantôme…

 

 

Un séjour à Gaspé s’impose parce qu’elle est entre autre la ville où commence l’histoire du Québec.   Son musée en trace les grands axes : l’arrivée de Jacques Cartier, missionné par le roi François Ier pour trouver un passage qui le guiderait par les mers jusqu’aux Indes, foule ce territoire pour la première fois le 24 juillet 1534.  Il fait connaissance avec les peuples amérindiens dont les Iroquois ou encore les Micmac. Gespeg est le nom donné par ces derniers à ce bout de terre et qui signifierait « fin de la terre ».  Gaspé naîtra de cette étymologie.

Aujourd’hui, pendant l’été, la ville bouillonne d’évènements culturels.  Son « festival de musique du bout du monde » en est la preuve que sa jeunesse n’en reste pas moins dynamique et bien vivante.

bongos

Rencontre avec le singer-songwriter mozambico-québécois Samito

 

 

 

photo-camera

Le Parc du Forillon

La Gaspésie porte avec elle une richesse inestimable : ses parcs nationaux et ses réserves fauniques.  Parmi ces endroits magiques il y a le parc Forillon qui coure sur toute la péninsule jusque sur le cap de Gaspé qui referme sa baie, espace privilégier des baleines.

footprints (1)

Le Rocher de Percé

En poursuivant le périple, on arrive à une heure de route de là à Percé, une autre ville gaspésienne qui doit son nom à son rocher, troué par l’érosion du temps.

En 1969, elle a été le théâtre d’agitations hippies qui revendiquaient l’intérêt pour l’indépendance du Québec. Robert Charlebois avait rejoint les jeunes manifestants d’alors et a commencé son ascension populaire dans la chanson.

En passant par la baie des chaleurs, les montagnes de Gaspésie, s’évanouissent dans cette région pour laisser place à un paysage agraire souvent exploitée par les communautés acadiennes et amérindiennes Micmac.

A Bonaventure…le musée de l’histoire des acadiens montre combien ce peuple, initialement installé dans la Nouvelle Ecosse d’aujourd’hui au début 17ème siècle (des paysans du Poitou, du Berry et du Saintonge en France) et qui a été déporté par les autorités militaires britanniques de l’époque, pour s’implanter en divers endroits, vers le sud sur le pourtour de la côte Est des États Unis jusqu’à l’Alabama, et principalement dans la Nouvelle France (Québec d’aujourd’hui) d’abord sur la côte sud de la Gaspésie dont Bonaventure avant d’étendre leurs déplacement dans tout la Province francophone.

 

 

location-on-road

Le tour de la Gaspésie se boucle à Matane, là où il avait débuté 9 jours plus tôt.

Matane est une petite ville connue pour sa pêche à la crevette mais aussi pour sa bière.  La Fabrique est une brasserie/pub rock organisée sous forme de coopérative fondée par 5 copains en 2010.  On y fait 19 sortes de bières différentes à consommer sur place.  L’embouteillage n’est pas encore au programme économique de l’entreprise.  Un serveur, non dépourvu d’humour, à qui je demandais s’il était possible d’acheter une bouteille de leur boisson pour la ramener en France, m’a répondu que le seul choix possible était d’emmagasiner quelques gorgées dans un creux d’une joue… son air sérieux m’a fait quelque peu douté une fraction de seconde pour m’apercevoir que sa moquerie venait trahir ma naïveté d’ignorant.

 

 

info

  • Pays : Canada
  • Province : Québec
  • Population : 94 000 habitants (2011)
  • Superficie : 30 341 km2